16 conseils aux personnes ayant un(e) ami(e) autiste Asperger …

Cet article est une version personnalisée de la vidéo de Petite Lune, que je mets en lien avec son accord. J’y ai apporté quelques ajouts. J’ai également pris soin de ne pas altérer le fond du propos.

Petite Lune est elle-même une personne diagnostiquée avec un syndrome d’Asperger.

1) Ne pas alléger ou grossir tes mots

Une personne Asperger prend à cœur tout ce qu’on lui dit. Sauf si tu le penses, ne lui dis pas « Je suis ton ami-e ». Elle fera très bien la différence entre une simple connaissance et un-e vrai-e ami-e. Elle sera blessée en se rendant compte que tu ne le pensais pas vraiment.

2) Ne pas forcer le contact visuel

Pour une personne Asperger, le contact occulaire est parfois gênant. Tu peux avoir l’impression de ne pas être écouté-e alors que c’est pourtant le cas. Tu peux lui demander « Est-ce que tu m’écoutes? » et non pas « Regarde-moi. » ; cela pourrait mettre la personne mal à l’aise et elle risque d’éviter d’interagir avec toi à l’avenir.

Le contact visuel dans une interaction sociale est une norme sociétale basée sur des a priori. Il est communément admis qu'il s'agit d'un signe d'attention, de franchise et de respect de l'interlocuteur. Cependant cette interprétation n'est pas une vérité. Concernant certaines neuro-divergences le contact oculaire complexifie la compréhension du message ; à cause de la trop grande quantité d'informations visuelles additionnelles aux propos.

3) Eviter le contact physique non consenti

À moins qu’elle n’y soit préparée, une personne Asperger ne supporte pas d’être touchée. Dans tous les cas, il faut formuler la demande de contact et respecter son refus.

C'est un point qui s'adresse à tout un chacun, que l'on soit neurodivergent ou neurotypique. Le respect de l'autre c'est le respect de son intégrité physique, émotionnelle et psychologique. Dans une société où enfants et adultes sont soumis à une injonction au contact (faire la bise, serrer la main, ...) ce point devrait être un apprentissage de base. Nous seul devons disposer de notre corps. Ces contacts physiques ne devraient plus être considérés comme une obligation sociale.

4) Répondre aux messages

Dans la mesure du possible essaie de répondre aux messages. Si toutefois tu ne souhaites pas discuter ou que le moment est inopportun prend la peine de lui en faire part, de façon concise et courtoise. Cela évitera que ton ami-e ne stresse trop ou ne s’inquiète que tu sois fâché-e ou autre.

5) Ne pas lui dire de faire plus d’efforts

Ne pas non plus dire « Quand on veut on peut! ». Une personne Asperger souffre de son handicap et des ses échecs dans les interactions sociales. Elle fait donc des efforts monstres pour les surmonter. La culpabiliser pour une gaffe sociale ou une maladresse, en lui reprochant de ne pas y mettre du sien, ne peut que lui retourner le couteau dans la plaie.

Les spécificités inhérentes à l'autisme notamment au niveau des interactions sociales peuvent devenir un handicap lorsqu'elles sont confrontées à l'inadaptation de l'environnement immédiat. Que ce soit en terme de sensorialités, de modifications des routines, ... Une personne autiste fait d'énormes efforts afin de se conformer et de s'adapter dans son quotidien. Voilà pourquoi de nombreuses voix s'élèvent pour faire comprendre la nécessité de l'inclusion des personnes neurodivergentes, en lieu et place de l'intégration. L'inclusion signifie l'acceptation et la prise en considération de la personne, de ses spécificités et de ses besoins. Ainsi la personne autiste n'est plus la seule à faire des efforts ; la société et toi pouvez également faire un pas vers la compréhension de l'autre.

6) Ne pas faire passer ton ami-e autiste après les autres

Lorsque tu as plein d’autres ami-e-s avec qui discuter, manger, …, prends parfois le temps de rejoindre ton ami-e, afin que cette personne ne pense pas qu’elle n’est pas assez bien ou que tu ne l’apprécies pas. Cela renforcera son estime de soi. Si tu es prêt-e à lui consacrer du temps, il/elle sera agréablement surpris-e ; une personne autiste n’a pas l’habitude qu’on veuille aussi bien être avec elle qu’avec d’autres.

À l'adolescence notamment, avoir un ami-e neurotypique peut être d'une grand soutien pour apprendre à socialiser. Tu peux être une porte vers d'autres amitiés et un meilleur apprentissages des codes sociaux pour ton ami-e autiste. Ces apprentissages lui seront très utiles dans sa vie future. De plus à l'adolescence il est primordial d'avoir un-e ami-e de confiance qui servira à la fois de soutien mais aussi sécurisera les apprentissages de la vie sentimentale et sexuelle.

7) L’encourager

Dédramatiser ses échecs et valoriser ses efforts. Une personne Asperger a généralement une faible estime d’elle même. Si tu l’encourages, elle se sentira détendue et à l’aise avec toi. Son estime de soi remontera et la personne aura envie de te revoir souvent.

8) Pardonner les maladresses

Une personne autiste peut donner l’impression d’agresser son interlocuteur (par l’intonation de sa voix), faire des gaffes sociales, être trop collant, s’asseoir trop près, parler trop fort, … dans ces cas là il faut dédramatiser et simplement faire remarquer à la personne que ces comportements ne sont pas adaptés à la situation et lui indiquer comment les corriger. Ne juge pas ton ami-e et ne montre pas d’impatiente face à la répétition de ces comportements, s’adapter demande parfois du temps.

9) Éviter le sarcasme et l’ironie

Une personne Asperger a du mal à prendre ce type d’humour au second degré et aura tendance à croire que les propos sont dirigés contre elle. Ne te moque pas si ton ami-e ne comprend pas une blague, prend le temps de la-lui expliquer. Ne pas faire d’humour sur les autistes et leurs difficultés.

Certaines personnes autistes ne comprendront jamais le second degré ou auront un humour très particulier, d'autres comprennent et manient parfaitement l'ironie et le sarcasme. Cela fait partie des apprentissages. Mais ce qui est important c'est de ne jamais se moquer. L'humour au détriment des personnes est irrespectueux.

10) Laisse ton ami-e parler de ses IR

Les personnes Aspergers ont des intérêts restreints intenses et parfois très précis ou excentriques. Elles adorent en parler. Ecoute ton ami-e en parler de temps en temps cela lui fera plaisir de partager cela avec toi. Si vraiment il/elle en parle trop, tu peux le-lui signifier et préciser que tu aimerais à présent parler d’autre chose. Ton ami-e comprendra. Surtout ne fais pas l’erreur de t’éloigner de ton ami-e, sans lui expliquer, à cause de cela.

11) Sois honnête avec ton ami-e

Les personnes autistes sont réputées loyales et dignes de confiance. S’il y a bien une chose qu’elles ne supportent pas c’est le mensonge. Si elles sont sûrs d’elles, les personnes Asperger accepteront une remise en question de leur propos seulement si elle est pertinente et appuyée factuellement. Les contredire sans logique ou sans objectivité ne leur plait pas du tout et peu créer un sentiment de confusion. Dis-lui toujours la vérité, même si elle peut-être blessante (dans ce cas formule-la de façon courtoise, sans trop en faire, et va droit au but).

12) Dis ce que tu ressens avec des mots précis

La personne Asperger a du mal à lire sur les visages, à deviner ce que ressent son interlocuteur et en conséquence à savoir comment réagir face à certaines situations. Exprime ce que tu ressens précisément « Je suis triste/angoissé-e/… » et verbalise concrètement tes besoins « J’ai besoin que tu fasses ceci » plutôt que « J’ai besoin que tu m’aides » qui est trop vague.

13) Ne change pas d’avis à la dernière minute

Changer ce qui a été prévu, à la dernière minute, est le meilleur moyen d’augmenter l’anxiété de ton ami-e ou de le/la rendre en colère. Dans certains cas cela peut aller jusqu’à des crises d’angoisse. Laisse ton ami-e suivre ses habitudes lorsque tu l’invites chez toi, évite de changer ce qui a été planifié ou alors préviens ton ami-e longtemps à l’avance.

La planification et l'anticipation aident à réduire le stress et l'anxiété provoqués par les activités sociales. Il faut bien garder en tête que l'environnement est un facteur de stress énorme, certaines personnes autistes souffrent également d'anxiété sociale ce qui a pour effet de rendre leurs interactions compliquées et parfois impossible même avec un minimum de préparation. 

Modifier un planning, un engagement, une routine peut donner la sensation que tout s'écroule, de perdre totalement ou partiellement ses repères. Il est très important de prendre ceci en considération. Même si certaines personnes autistes sont moins rigides que d'autres, concernant leurs habitudes.

Ne te présente pas à l'improviste non plus, prend la peine de prévenir ton ami-e par message ou par téléphone avant de lui rendre visite. Et attends d'obtenir son accord avant de te présenter à son domicile.

14) Exprime clairement tes demandes

La personne Asperger a besoin de précision dans les propos. Par exemple au lieu de dire « Sois moins collant-e » tu peux formuler la chose ainsi « J’aimerai que l’on se parle tous les 3 jours maximum ».

15) Éviter l’ambiguïté dans la relation

Si tu souhaites avoir une relation sentimentale avec une personne autiste Asperger, fais en sorte de verbaliser ton attente de façon concrète. Le langage non verbal ainsi que les compliments sont des subtilités qui échappent aux aspi-e-s. Tes propos ou ton comportement pourront être pris pour une simple amitié ou pour de la politesse. Si tu es séduit-e par cette personne dis-le lui.

Certaines personnes Asperger n’osent pas dire non. Assure-toi de son consentement réel.

16) Faire preuve d’objectivité

Les personnes Asperger ont un esprit plus analytique que les neurotypiques. Elles parlent et pensent de manière peu subjective et n’ont donc, en général, pas de préjugés (racisme, sexisme, homophobie, …) et s’entendent plus facilement avec des personnes faisant preuve d’objectivité. Argumente ton opinion personnelle et ne fais pas de ton avis une vérité absolue.

N’oubliez pas que chaque personne est différente, l’autisme se décline sur un spectre et les besoins/attentes de chacun peuvent être assez différents. N’hésitez pas à discuter avec votre ami-e afin de définir ensemble comment construire votre relation.

 

Publicités

8 commentaires sur “16 conseils aux personnes ayant un(e) ami(e) autiste Asperger …

Ajouter un commentaire

  1. Très judicieux, et pratique. Enfin une initiative qui dédramatise le « VIVRE ENSEMBLE » face à différence !!!!! Merci je partage pour recommander !!! et si vous désirer une collaboration je suis coach référent parent « FRIEND’S PLAY « Paris 16eme. et en Normandie à Caen.

    Aimé par 1 personne

  2. Attention, ce ne sont pas des conseils qu’il faut généraliser… Tous les aspies sont différents.

    « Dis ce que tu ressens avec des mots précis. » = mauvaise idée. Expliquer à son ami(e) « je suis triste parce que… » c’est lui imposer ses propres émotions en plus des siennes. Même s’il sait que vous êtes triste, il ne saura pas forcément quoi faire pour vous aider et sera malheureux à son tour (c’est du vécu).

    « Éviter l’ambiguïté dans la relation » = oui mais il faut savoir qu’un autiste peut paniquer et s’enfuir, car même si on dit clairement à un(e) autiste « je suis amoureux(se) de toi, je voudrais qu’on change les modalités de notre relation. » le fait qu’il partage ou non vos sentiments ne veut pas forcément dire qu’il veut que la situation change (beaucoup d’aspies ont peur du changement). Et là surcharge émotionnelle et vous perdez votre ami(e). (là encore, c’est du vécu).

     » Exprime clairement tes demandes » = prendre garde à la formulation, ne pas imposer ses choix à l’autre, comme il est écrit dans l’article : les autistes ont parfois du mal à dire non.

    « Ne pas lui dire de faire plus d’efforts » = à mon sens, le meilleur conseille de la liste, à suivre impérativement.

    Dans la même veine que tout ce qui a été dit, j’ajouterais qu’il ne faut jamais céder à la colère face à un aspie, et donc contrôler tous les reproches qui pourraient sortir et paraître anodins, comme : « fais plus d’efforts » ou « t’es vraiment maladroit » ou l’horrible « tu n’es pas normal ». Pour un aspie ça peut être un motif d’élimination définitive du répertoire amical et c’est très nuisible à son estime.

    J'aime

    1. Bonsoir AB, merci de votre retour sur cet article.

      En effet chaque personne est différente et il est important de respecter cela. C’est la raison pour laquelle j’avais ajouté une note en bas d’article, afin de prendre cet aspect en considération. Je vous la partage ici :
      « N’oubliez pas que chaque personne est différente, l’autisme se décline sur un spectre et les besoins/attentes de chacun peuvent être assez différents. N’hésitez pas à discuter avec votre ami-e afin de définir ensemble comment construire votre relation. ».
      🙂

      J'aime

  3. Que répondre a un compagnon lorsque vous lui faites part de votre ressenti et qu’il vous demande si vous avez une maladie du cerveau, si vous êtes bipolaire qu il se met en colère en disant que vous l’ énerver et que vous n’etes pas la personne qu. Il voudrait pour compagne.confusion, colère et tristesse s’empare de tout votre être vous vous sentez comme paralyse vous vous poser la question existentielle d’etre apte a être aimée comme si il y avait une norme, une obligation ou quelque chose d impose. C est vraiment pénible de devoir faire des choix radicaux pour l’autre car changer pour faire plaisir a l’autre est de l’anti amour, de l’anti respect. Faut il se remettre en question a chaque nouvelle relation afin de se rapprocher un peu plus de la norme ou bien être malheureux a vie?

    J'aime

    1. Je n’ai pas la réponse à votre première question malheureusement. Cependant je pense qu’il est important de se remettre en question au cours de sa vie, sans jugement envers soi. Nous sommes potentiellement tous amenés à faire des choix qui ne nous conviennent pas, ne serait-ce qu’au moins une fois au cours de notre existence. Il est important de savoir dire stop lorsque la situation devient insupportable, lorsque le respect n’est plus au rendes-vous. Faire le point et prendre du recul devient alors vital.

      Je ne pense pas qu’il faille se conformer à tout prix. Questionnez vous : ce changement qui vous est demandé vous sera t’il bénéfique ? Le souhaitez-vous ?

      Aimer implique le respect de l’autre dans sa différence. Sinon on aime une image et non un individu. Je ne suis pas la mieux placée pour vous conseiller sur les relations de couple, les miennes ayant été catastrophiques, mais je peux vous assurer que mon expérience personnelle m’a apprise qu’on ne gagne rien à tenter d’être une autre.

      Courage à vous @massin.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :